Laure Cohen

à propos

 

Coach exécutive, spécialisée dans le développement organisationnel et le leadership exécutif, et facilitatrice de groupes multi-disciplinaires, Laure est rompue aux diverses formes de facilitation, incluant la méthode Lego® Serious Play® et l’approche appréciative. Depuis 2001, Laure accompagne les dirigeants et les équipes les plus exigeantes en créant des conditions qui font émerger confiance, créativité et performance. 

« Connais-toi toi-même »

« Une vie sans examen ne vaut d’être vécue »

SOCRATE

Précédant toute session de travail, tel le rituel japonais Igikai (qu’est-ce qui vous motive de vous lever le matin?, ou « purpose in action »), elle invite le client à prendre le temps de se préparer, car le temps qu’il s’accorde pour réfléchir en amont entraîne la prise de conscience qui est la condition nécessaire pour changer et avancer.               

À vous, d’y réfléchir à présent:

 

Redonner son sens au travail

L’acronyme SMART est souvent utilisé en le vidant de son vrai sens, qui est de réfléchir à l’alignement de ses valeurs avec celles de l’entreprise dans laquelle on oeuvre. Ce qu’on appelle la cohérence.

Le leader axé principalement sur les résultats Spécifiques, Mesurables, Ambitieux, Réalistes et définis dans le Temps est smart, mais le leader conscient des responsabilités qui lui incombent va beaucoup plus loin. Il se demande comment être en cohérence, comment aligner résultats ET bonheur au travail. Ce leader-là est véritablement un leader SMART. À sa façon, il est un artiste concentré sur l’art de diriger une organisation apprenante qui a autant de succès financier qu’elle a d’employés heureux et engagés.

Redonner du sens au travail passe même par la remise en question des structures organisationnelles traditionnelles. Le livre « Reinventing Organizations, vers des communautés de travail inspirées » de Frédéric Laloux parle des entreprises Opales qui déconstruisent les modèles existants de gestion des organisations, allant même jusqu’à l’autogouvernance.

Les coûts en absentéisme, les conséquences sur la santé mentale et le coût humain sont les effets à long terme non seulement sur l’organisation, mais aussi sur la société dans son ensemble. Il est grand temps que les personnes en position de décider prennent la mesure de l’ampleur du travail à accomplir pour créer des organisations porteuses de sens.

Redonner sa place à l’ART d’être leader

 smART c’est aussi Art de vivre, art de faire des affaires, art de concilier, art d’aimer, art d’écouter, art de communiquer, art d’aider, art de planifier, art de mener, art de diriger et bien plus.

L’ART d’être leader se mesure à la qualité des relations entre collègues, au bonheur d’aller travailler, aux éclats de rire en réunion, à l’innovation des solutions proposées, à la qualité du feedback, à la puissance de l’écoute, aux conversations intelligentes, aux conflits réglés, au plaisir d’aller travailler, à la passion du produit, au savoir-faire, au savoir-être, au sens de l’initiative, à tout ce qui fait qu’à la fin d’une journée, tout le monde a contribué à créer de la richesse dans un environnement stimulant et à échelle humaine.

Redonner confiance

À juste titre, les gens demandent plus de clarté et de transparence et aspirent à un environnement de travail où la confiance règne. La confiance est à la fois valeur, culture d’entreprise et attitude. Elle se bâtit patiemment par l’exemple au quotidien et n’est jamais acquise. Être gardien de la confiance est la responsabilité de chacun. Quand il y a bris de confiance, l’impact sur l’organisation est désastreux. Il faut revenir aux fondements du travail du leader, avoir le courage d’avoir des conversations difficiles pour reconstruire le tissu organisationnel qui sous-tend la réussite.

Redonner au suivant

Nous sommes tous connectés : la société, les organisations, les employés, les communautés, les villes, les nations et l’individu. La question à se poser, comme le dit le professeur en management Henry Mintzberg, est de trouver comment rééquilibrer les forces afin de créer une richesse distribuée plus équitablement (« rebalancing society »).

Le véritable leader prend la responsabilité de trouver réponse à cette question urgente.

Muhammad Yunnus, prix Nobel de la paix (2006) parle de « super pouvoirs pour transformer le monde »

    • La jeunesse : il faut leur donner l’énergie d’avancer et de changer le monde
    • La technologie : il faut l’utiliser pour libérer la souffrance dans le monde
    • Saine gouvernance et droits humains : les pierres angulaires d’une société plus juste

    Le leader d’aujourd’hui qui veut faire face aux enjeux mondiaux du XXIème siècle s’engage à :

    • Prendre conscience des impacts sociaux et environnementaux de ses décisions
    • Penser long terme
    • Penser à son rôle social
    • Repenser l’organisation traditionnelle

    Les entreprises peuvent changer le monde quand les gens qui y travaillent font sens.

Selon Pr. Philip Kotler, le père du marketing moderne, il suffit de commencer par de simples questions

Quel rôle jouons-nous au sein de la communauté?

Comment gérons-nous notre impact sur l’environnement?

Créons-nous de la diversité dans notre milieu de travail?

Comment nous adaptons-nous aux changements technologiques?

Comment aidons-nous nos employés à s’adapter aux transformations technologiques?

Au-delà des profits pour les actionnaires et autres parties prenantes, toute organisation doit décider comment elle contribuera à redonner à la société.

Cheminement professionnel

  • MBA, université McGill et ESADE de Barcelone
  • Certifiée École de coaching de gestion
  • Certifiée Coaching Ourselves – Approche selon Henry Mintzberg
  • Certifiée Facilitatrice LEGO® Serious Play®
  • Certifiée en Approche Appréciative – Appreciative Inquiry
  • Facilitatrice depuis 2015 à la conférence C2 Montréal et Movin’On
  • Facilitatrice, Cercles entrepreneuriaux de FaireMTL
  • Membre de la Table d’action en entrepreneuriat de Montréal (2013-2015)
  • Présidente du CA – Femmessor Montréal (2008-2014)
  • Administratrice du Conseil d’administration  d’Art Souterrain
  • Gouvernance au féminin : coprésidente du comité Mentorat (2015 à aujourd’hui) et facilitatrice de déjeuners-conférences entre mentors et mentorées

« On dit de moi que je dégage une énergie positive. Je pense que c’est une présence bienveillante, raconte Laure. Ce qui m’importe, c’est de mettre mes talents à votre service pour créer un processus où les choses sont observées,ressenties, écoutées, clarifiées et canalisées vers des actions qui servent l’ensemble de l’écosystème. »